Enrichissement du lexique de l'ancien français : les emprunts au latin dans l'œuvre de Jean de Meun

PEŠEK Ondřej (2007)

 

Spisy Filozofické fakulty Masarykovy univerzity v Brně č. 362,
Masarykova univerzita, Brno, 184 stran, ISSN : 1211-3034

Résumé Č:

Studie je věnována procesu relatinizace francouzského lexika: v období středověku a raného novověku francouzština přejala velké množství slov z latiny, což výrazně poznamenalo její lexikální struktury. V publikaci je proces relatinizace nahlížen z obecného hlediska problematiky lexikálních výpůjček. Mechanismus přejímání slov z latiny ve středověké francouzštině je ilustrován na díle Jean de Meun, konkrétně Románu o Růži a překladu Boethiovy Consolatio philosophiae. Jev je analyzován ze dvou komplementárních pohledů socio-historického a čistě jazykového, přičemž lingvistická analýza lexikální výpůjčky využívá současných metod derivační morfologie a strukturální sémantiky. Studie ukazuje, že lexikální výpůjčka je legitimním předmětem bádání jak lingvistiky externí tak lingvistiky interní (v saussurovském smyslu).

Résumé F:
L'étude est consacrée au phénomène de relatinisation du lexique français - au Moyen âge et au début des temps modernes, le français a emprunté un nombre considérable de mots au latin, ce qui a profondément marqué ses structures lexicales. Du point de vue méthodologique, l'analyse du processus de relatinisation est conçue comme l'étude de l'emprunt lexical. Les mécanismes concrets auquels obéit l'emprunt sont illustrés à l'aide des exemples tirés de l'œuvre de Jean de Meun, du Roman de la Rose d'un côté et de sa traduction de la Consolatio philosophiae de Boèce de l'autre. Le phénomène est analysé de deux points de vue complémentaires - socio-historique et purement linguistique. L'analyse linguistique de l'emprunt lexical s'inspire des méthodes contemporaines utilisées en morphologie dérivationnelle et en sémantique structurale. Ainsi est-il démontré que l'emprunt lexical est un objet d'analyse légitime aussi bien pour la linguistique externe que pour la linguistique interne (dans le sens saussurien).

 

TABLE DES MATIERES
 

AVANT PROPOS

11

 

 

1. INTRODUCTION : Emprunt linguistique - théorie ET MÉTHODOLOGIE

13

1.1 Emprunt linguistique - définition

13

1.2 Universalité et diversité du phénomène

14

1.3 Principes théoriques de l'étude de l'emprunt linguistique

14

1.3.1.1 Synchronie/diachronie et la néologie lexicale

16

1.3.1.2 Les innovations lexicales dans la perspective dichotomique langue/parole

18

1.3.1.3 La valeur des unités de la langue

19

1.3.2 Approche socio-historique

20

1.4 Méthodes d'analyse

20

1.5 Structure du présent travail

22

 

 

2. LE ROMAN DE LA ROSE ET LA TRADUCTION DE LA CONSOLATIO PHILOSOPHIAE DE BOÈCE - présentation du corpus

25

2.0 Introduction

25

2.1 Jean de Meun - clerc et bourgeois

25

2.2 L'œeuvre de Jean de Meun

26

2.2.1 Le Roman de la Rose

27

2.2.1.1 Les écrits savants antérieurs au Roman de la Rose

28

2.2.1.2 Le Roman de la Rose - oeuvre sans précédent

28

2.2.1.3 La langue du Roman de la Rose

31

2.2.1.3.1 Remarques sur la coloration dialectale des textes de Jean de Meun

32

2.2.2 Les traductions

33

2.2.2.1 Traduction de la Consolatio philosophiae de Boèce

34

2.3 Constitution du corpus

35

 

 

3. LES PRATIQUES LANGAGIERES DE LA FRANCE MÉDIÉVALE Rôles respectifs du latin et du vernaculaire dans le domaine d'oil

37

3.0 Introduction

37

3.1 Le latin - langue sacrée du savoir

37

3.1.1 La prééminence du latin

37

3.1.2 Discours idéologique des autorités

38

3.1.3 Arguments « linguistiques »

38

3.1.4 Le domaine de la science

39

3.2 Compétences linguistiques du clerc médiéval

40

3.2.1 La formation scolaire des clercs

40

3.2.2 La pratique langagière des clercs

41

3.2.3 La diglossie des clercs médiévaux

42

3.3 L'ascension de la bourgeoisie

42

3.4 L'émancipation du français - pratiques et théorie

43

3.4.1 Le francais en liturgie

43

3.4.2 Le domaine de la justice

43

3.4.2.1 Le droit coutumier

43

3.4.2.2 Ius utrumque

43

3.4.2.3 Le français s'impose

44

3.4.3 La naissance du français savant

45

3.4.3.1 Les traductions et leurs préfaces

45

3.5 Conclusion

47

 

 

4. LES LATINISMES EN FRANÇAIS - ANALYSE PHONÉTIQUE

48

4.0 Introduction

48

4.1 Cadre général

48

4.1.1 Identification

48

4.1.2 Modifications

49

4.1.3 L'influence de la forme écrite

50

4.2 Les latinismes en ancien français

51

4.2.1 Description des particularités phonétiques des emprunts

51

4.2.2 Modifications phonétiques des emprunts

52

4.2.2.1 Fin du XIIIe siècle - debut du XIVe siècle

53

4.2.2.1.1 Accent

53

4.2.2.1.2 Voyelles

54

4.2.2.1.2.1 Voyelles prétoniques

54

4.2.2.1.2.1.1 Nasalisation

54

4.2.2.1.2.1.2 Diphtongues ae, oe, au

55

4.2.2.1.2.1.3 E prothétique

56

4.2.2.1.2.2 Voyelles finales

56

4.2.2.1.2.2.1 Désinences verbales

57

4.2.2.1.3 Consonnes

58

4.2.2.2 La plus ancienne époque de l'histoire du francais

58

4.3 Conclusion

59

 

 

5. LATINISME ET MORPHOLOGIE DÉRIVATIONNELLE DE L'ANCIEN FRANÇAIS

61

5.0 Introduction

61

5.1 Eléments savants, éléments populaires - problèmes de définition

61

5.2 Cadre théorique

64

5.2.1 Compétence lexicale

64

5.2.2 Règles dérivationnelles

65

5.2.3 Mots potentiels, mots réels, mots impossibles

66

5.2.4 Paradigmes dérivationnels

67

5.2.5 Lien sémantique

68

5.3 Système morphologique et emprunt

68

5.4 La dérivation en ancien français

70

5.5 L'ancien français et la dérivation savante

72

5.5.1 Suffixes

73

5.5.2 Préfixes

78

5.5.3 Suffixes retenus

80

5.5.4 Préfixes retenus

81

5.6 Les ressources potentielles de la dérivation savante en ancien français

83

5.7 Statut des néologismes - emprunt ou création française ?

86

5.8 La dérivation et la sémantique

88

5.9 Combinatoire des éléments autochtones et savants en ancien francais

90

5.9.1 Le français moderne

90

5.9.2. L'ancien français

90

5.10 Conclusion

93

 

 

6. STRUCTURES SÉMANTIQUES ET EMPRUNT LEXICAL

94

6.0 Introduction

94

6.1 Principes théoriques

94

6.1.1 Système en sémantique

94

6.1.1.1 Champs conceptuels

94

6.1.1.1.1 Eugenio Coseriu et la sémantique structurale diachronique

95

6.1.1.1.2 École sémantique de Brno

95

6.1.2 Emprunt lexical en tant que néologie

97

6.1.2.1 Phases de l'analyse

98

6.2 Étude du corpus

99

6.2.1 Emprunt de indigence

99

6.2.1.1 Analyse sémasiologique

99

6.2.1.2 Analyse onomasiologique

101

6.2.1.2.1 Champ conceptuel de l'état de manque avant 1270

101

6.2.1.2.1.1 Commentaire du tableau

102

6.2.1.3 Remplacement ou modification ?

110

6.2.2.3 Nous pouvons le représenter comme suit :

115

6.3 Conclusion

117

 

 

7. CHANGEMENTS DE SENS DES MOTS D'EMPRUNT -TENDANCES GÉNÉRALES OBSERVÉES

118

7.0 Introduction

118

7.1 Le caractère particulier des emprunts au latin en français - remarques générales

118

7.1.1 Facteurs quantitatif et historique

118

7.1.2 La dérivation savante

119

7.1.3 Influence de la langue source

119

7.1.4 Les internationalismes

119

7.2 Analyse du corpus

120

7.2.1 Présupposés

120

7.2.2 Démarche

120

7.2.3 Le sens des mots sources latins

121

7.2.5 Évolution du sens du latinisme en francais

123

7.2.5.1 Calque (emprunt) sémantique

123

7.2.5.2 Absence de l'évolution de sens

124

7.2.5.3 Perte d'acceptions

124

7.2.5.4 Nouvelles acceptions d'origine autre que latine

125

7.2.5.4.1 Changements de sens autonomes

125

7.2.5.4.1.1 Les liens dérivationnels

126

7.2.5.4.2 L'influence des internationalismes

126

7.2.5.5 Tendances récentes

126

7.2.6 Tableaux synoptiques

127

7.3 Conclusion

128

 

 

8. NÉOLOGIE LEXICALE - PROCÉDÉS D'INTRODUCTION ET MÉCANISMES D'INTERPRÉTATION

130

8.0 Introduction

130

8.1 Typologie des néologismes

130

8.1.1 Typologie de Louis Guilbert

130

8.1.2 Typologie des néologismes « savants »

131

8.2 Modalités d'introduction et d'interprétation

132

8.2.1 Binôme synonymique

132

8.2.1.1 Définition

132

8.2.1.2 Fonctions du binôme

133

8.2.1.2.1 Binômes explicatifs

133

8.2.1.3 Binômes synonymiques dans l'œuvre de Jean de Meun

134

8.2.1.3.1 Binômes synonymiques dans le Roman de la Rose

134

8.2.1.3.2 Binômes synonymiques dans la traduction de Boèce

135

8.2.1.3.2.1 Binômes synonymiques et la néologie lexicale

137

8.2.1.3.2.1.1 Néologie sémantique, exemples de absolu et charité

138

8.2.1.3.2.1.2 Binôme synonymique comme preuve d'une faible intégration de l'emprunt

139

8.2.1.3.2.2 Résumé

140

8.2.2 Glose

140

8.2.3 Néologismes syntagmatiques

142

8.2.3.1 Néologismes syntagmatiques - catégorie 2 b) de notre classement

142

8.2.3.2 Néologismes syntagmatiques - catégorie 2 c) de notre classement

143

8.2.3.3 Le rôle du contexte

144

8.3 Conclusion

145

 

 

9. CONCLUSION

147

9.1 Causes externes

147

9.2 Causes internes

147

9.2.1 Niveau phonétique

147

9.2.2 Niveau morphologique

148

9.3 Quelques remarques à propos de la théorie générale de l'emprunt lexical

148

 

 

ANNEXE - LISTE DE LEXÈMES ANALYSÉS

150

1. Premières attestations

151

2. Néologie sémantique

167

3. Compléments

173

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

179